Reconversion professionnelle : Une nouvelle vie pour SE réaliser

De journaliste à artiste entrepreneur, Barbara Colas nous raconte son aventure entrepreneuriale qui a débuté à Paris et se concrétise actuellement en Martinique avec sa marque BarbOcitron, qui a pour vocation de bousculer les idées reçues, proposer d’autres valeurs aux enfants et aux adultes.

Barbara, racontez-nous votre parcours

J’ai toujours aimé écrire, et j’en ai fait mon métier : celui de journaliste. Je l’ai pratiqué pendant 12 ans mais l’art a toujours fait partie de ma vie. Et il m’est apparu, il y a 4 ans, comme une évidence, ou plutôt comme une nécessité, un besoin vital d’exprimer autrement ce que j’avais à dire. Raconter avec autre chose que des mots. Pour moi, l’art est le moyen le plus universel de communiquer et d’exprimer ses émotions.

Après avoir passé plusieurs années à apprendre le dessin et la peinture en cours du soir notamment, j’ai découvert que je pouvais réaliser de belles œuvres, moi qui avait toujours pensé être nulle en dessin. La pratique quotidienne a fait fonction d’école dans mon parcours d’autodidacte.

En devenant maman, j’ai pris conscience des stéréotypes qui pèsent sur les enfants, notamment lorsque ma fille est rentrée à l’école. Et j’ai eu envie de proposer d’autres références, d’imaginer des héros différents pour eux. Voilà comment est née l’idée de mon entreprise créée en décembre 2018.

BarbOcitron est votre marque, pourriez-vous nous expliquer son concept ?

Avec BarbOcitron, les princesses affrontent les dragons et vos enfants ne sont pas des moutons.

La marque BarbOcitron est née de la volonté de proposer des héros moins stéréotypés aux enfants afin d’ouvrir au maximum le champ des possible pour eux.

Barbocitron - Barbara Colas

« Oh maman, tu as fait des lunettes à la princesse! Elle est comme moi. » Dixit ma fille Jasmine, trois ans à l’époque. Tout est dit. J’ai choisi de créer des héros qui ressemblent aux enfants pour les aider à s’aimer tels qu’ils sont, à prendre confiance en eux. Ces personnages existent en dessin et peinture (carte postales et affiches) et en poupée articulée réalisée à la main par mes soins.

Le but est d’amener les enfants à réfléchir au monde qui les entoure, et aux choix qui se présentent à eux. Je le fais notamment lors d’ateliers d’art-conférences sur les stéréotypes pour enfants de 4 à 10 ans.

Mais je partage aussi désormais ma vision du monde en direction des adultes avec FemmesABarb, et des illustrations féministes.

Quelles ont été les différentes étapes du projet ?

Tout d’abord, j’ai imaginé le concept, le nom, les premiers personnages, et dans le même temps j’ai participé à une formation de quatre mois à la CCI de Martinique en partenariat avec le Pole Emploi, pour les créateurs d’entreprise.

J’ai investi dans un ordinateur, du matériel de Beaux arts, des tissus et constitué un stock d’impressions de mes aquarelles.

Et j’ai immatriculé l’entreprise début décembre 2018 pour participer à mon premier marché de noël.

Il a fallu également créer mon site internet, des comptes sur les réseaux sociaux , déterminer ma clientèle cible, chercher des points de vente… Au bout d’un an, le deuxième marché de Noël a été plutôt encourageant.

Au moment où plusieurs projets se mettaient en place, la Covid-19 a fait son apparition et a tout remis en question. J’ai profité de cette pause forcée pour mener une réflexion sur la rentabilité de mon entreprise, et j’ai revu les prix à la hausse.

J’ai également imaginé de nouveaux produits. Je me suis auto formée au marketing digital.

J’ai cherché de nouvelles pistes de développement pour l’entreprise. J’ai réussi à obtenir deux articles sur l’entreprise dans deux journaux (France Antilles et Paris Normandie), qui m’ont permis de trouver de nouveaux clients et des projets.

Et j’en suis arrivée à la dernière étape marquante : une campagne de pré-commande de mon calendrier 2021 sur la plateforme ulule. Une expérience très enrichissante qui m’a obligée à sortir de ma zone de confort et à me raconter, et qui m’a apportée la légitimité qui me manquait en tant qu’artiste autodidacte.

FemmesABarb (barbocitron.com)

Aujourd’hui, vous êtes à votre compte ? Quelles ont été les difficultés que vous avez pu rencontrer et surtout, comment les avez-vous dépassées ?

Oui, je suis à mon compte mais je n’ai pas encore suffisamment de revenus pour vivre confortablement de mon activité. Le plus compliqué, à mon sens, est de comprendre qui est votre clientèle, comment et où la trouver, que vos produits, votre image de marque et vos prix soient parfaitement alignés, qu’il y ait une totale cohérence. J’y travaille encore!

Peut être le plus dur est de persévérer, de croire en soi.

Je pense que j’ai mis trop de temps à me préoccuper des prix, j’ai choisi de m’aligner sur les prix que je voyais dans la concurrence sans réfléchir à mon réel coût horaire, je n’avais pas conscience de ma valeur.

Il est parfois difficile de prendre du recul sur son projet, c’est donc utile de rencontrer des personnes bienveillantes mais franches, qui nous aident à avancer. D’ailleurs, le réseau de mamans entrepreneuses que j’ai intégré en janvier 2020 m’a été d’une grande aide. Il m’a apporté des clients, des idées, de la visibilité et du soutien!

De même que la rencontre avec d’autres jeunes entrepreneurs qui ont suivi avec moi la formation à la CCI m’a vraiment boostée. Nous avons régulièrement organisé des journées de co-working pour se motiver, échanger et avancer sur nos projets respectifs.

Aujourd’hui, mon grand challenge est de transformer l’essai et de faire de l’année 2021, l’année de la rentabilité totale de mon activité malgré le contexte actuel, qui m’empêche de concrétiser les collaborations imaginées notamment avec des boutiques.

Si vous aviez trois conseils à donner pour une personne qui souhaite se reconvertir professionnellement

Bien préparer son projet en amont, ne pas hésiter à rencontrer et à échanger avec des professionnels du secteur en question, croire en soi, écouter sa petite voie intérieure et persévérer.

S’il s’agit d’un projet de création d’entreprise, il faut avoir une bonne réserve d’argent au départ, s’entourer avec un réseau car l’entrepreneur est très seul.

Quelle est la citation qui illustre le mieux votre parcours ?

S’il veut être en paix avec lui-même, un musicien doit faire de la musique, un peintre peindre, un poète écrire.

Abraham Maslow

Laisser un commentaire

libero. accumsan leo. dolor. dolor Sed ut neque. quis
Share This